Antre des Fanficoeurs

Petit espace pour les fanficoeurs de toutes sortes : lecteurs et auteurs.
Vous y trouverez des fics et des fiches pour vous aidez à écrire vos fics

 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 defi noël de KG

Aller en bas 
AuteurMessage
Ygraïn
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: defi noël de KG   Lun 1 Mai - 17:08


par KG



Le genre: One Shot

Les personnages concernés: Intel Unit mais essentiellement Georgi

Etat: Complet

Longueur: Environ 3 pages Word

Résumé: Georgi n'aime pas Noël... Mais avec des amis comme les siens, peut-il vraiment éviter de faire quelque chose pendant cette fête ?

Les avertissements: Tout public.

Note: Ne pas tenir compte de la saison 2 de largo Winch, puisque ça a été écrit avant sa diffusion

Copyright: Les personnages de Largo Winch ne m'appartiennent évidemment pas, mais appartiennent à Van Hamme (et sans doute Dupuis est les divers participants de la coproduction pour la série et le personnage de Joy).

_________________

http://antre-winchkrenienne.chez-alice.fr/ind.htm: site associé à ce forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfics.actifforum.com
Ygraïn
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Re: defi noël de KG   Lun 1 Mai - 17:09


par KG



Largo soupira discrètement. Cardignac n’avait pas terminé son laïus, et le multi milliardaire sentait qu’il ne tiendrait plus très longtemps. Impossible de quitter la salle du Conseil. Par contre rien ne l’empêchait de faire des projets. Noël était proche, et il n’avait pas très envie de se retrouver seul dans ce gigantesque Building. Il avait téléphoné à Diana, mais celle-ci passait les fêtes chez ses parents avec Jack. Lui, un des hommes les plus riches du monde allait rester seul le soir de Noël. Il n’avait plus de famille, sauf…
« Simon. » murmura t-il.
John Sullivan le foudroya du regard. Cardignac s’interrompit :
« Vous disiez Largo ? »
« Hum, continuez Michel, je réagissais à ce que vous disiez. »

Lorsque Largo Winch descendit dans le Bunker, une surprise de taille l’attendait. Il resta à la porte et éclata de rire. Un sapin de Noël était posé au milieu de la table, et Simon était occupé à le décorer. Sur les murs pendaient de nombreuses guirlandes multicolores, et chaque ordinateur était recouvert d’une moumoute blanche. Joy passait patiemment les boules à Simon.
« Mais qu’est ce que c’est que ce cirque ? » s’exclama Largo.
« Quoi, t’aimes pas notre déco ? » fit Simon d’un ton faussement choqué.
« Ben, à vrai dire… je conçois difficilement un Bunker décoré, mais c’est mon point de vue. »
« Je te l’avais dit… » constata Joy.
« Oh ça va hein, n’en rajoute pas. « Se tournant vers Largo, Simon continua : « Tu veux qu’on enlève tout, c’est ça ? »
Largo se retenait de ne pas éclater de rire.
« Non Simon, tu laisses comme c’est. Tiens, mais a u fait, qu’est ce que vous avez fait de Kerensky ? »
« Ben euh… »
Simon regarda Joy, attendant un secours qui ne vint pas.
« Je savais pas moi… »
« Tu savais pas quoi ? »
Brusquement inquiet, Largo se tourna vers Joy.
« Georgi est allergique à un produit qui est utilisé dans les bombes de neige artificielle.
Simon, pour lui faire une blague, l’a aspergé avec… »
« Oh non… » Largo regarda Simon consterné.
« Eh ! me regarde pas comme ça, il est encore en vie, il a juste un peu de mal à respirer et éternue à tout bout de champ ! Joy l’a ramené à la maison, il doit se reposer. »
Joy confirma et Largo respira.
« Bon je passerai le voir tout à l’heure… mais dites moi, vous décorez le Bunker, vous n’avez pas l’intention de passer les fêtes ici… si ? »
Plein d’espoir, Largo attendit la réponse :
« Je m’appelle pas Largo Winch, moi. Je ne suis que Simon, le pote. Je ne suis invité nulle part. Pas plus que ta garde du corps… Alors on va rester en amoureux. »
« En amoureux ? Vraiment ? Et tu crois que je vais te laisser flirter avec ma garde du corps sans réagir ? »
Un toussotement discret se fit entendre.
« Bon, je vais amener ses médicaments à Kerensky, faites moi signe quand… »
« Non reste là. J’aimerais que nous passions le réveillon ensembles. Comme une vraie… comme une famille. »
Simon et Joy échangèrent un regard, puis un sourire.
« C’est d’accord ! » s’exclamèrent-ils en cœur.
« Par contre, il faut en parler à Kerensky. Je voudrais qu’il soit là lui aussi… »
« Euh Largo, on lui en a déjà parlé, mais il a dit qu’il n’était pas disponible… Mais rien ne t’empêche de tenter ta chance… » dit Simon avec un léger sourire aux lèvres.
« Et amène-lui ses médicaments ! » dit Joy en lui lançant un sachet. « Ah, et voilà les clefs de son appartement. »
« Bonne chance ! » dit Simon.

Largo passa l’épreuve de la porte d’entrée sans honte, il avait réussi à rendre muet le mobile chinois, accroché au plafond.
« Ce gadget vaut tous les systèmes d’alarme du monde. » grommela le multi milliardaire.
Il entra au salon, et sourit devant le tableau qu’il avait devant les yeux.
Georgi Kerensky était couché sur le canapé, les yeux clos, ses cheveux blonds auréolant son visage sur l’oreiller. Il respirait par saccades. Il était couvert pratiquement jusqu'au menton d’une couverture en laine. Par terre, à côté de lui, traînait l’ordinateur portable, allumé, et à côté, un verre, des pilules et une bouteille avec un fond de vodka.
Largo posa le sachet sur la table basse. Kerensky ouvrit les yeux et voulut se redresser, mais Largo l’en empêcha d’un signe de la main.
« Reste où tu es. Simon m’a raconté ses exploits. Comment tu te sens ? »
« Comme quelqu’un qui vient de faire une allergie. Mourant. »
« Tu n’aurais pas tendance à l’exagération ? » sourit Largo, ravi de voir que Kerensky n’avait pas perdu son sens de la répartie.
« Merci de compatir à mon sort… »
Kerensky inspira à fond et désignant le sachet :
« C’est les médicaments ? »
« Oui, c’est Joy qui me les a confié. »
« Super. »
Le Russe avait l’air épuisé d’avoir autant parlé.
« Tu es sûr que ça va aller ? Je peux t’appeler un médecin. »
« Nan, c’est bon, c’est impressionnant, mais c’est dix fois rien. »
« Au fait, tu fais quoi à Noël ? »
Le Russe leva un sourcil, signe d’étonnement.
« Je reste dans mon lit. »
« Je suis sérieux Georgi. »
« Largo, je déteste les fêtes de fin d’année. Je n’en ai que des mauvais souvenirs. Et je ne me sens pas assez bien pour aller faire la bringue. Maintenant excuse moi, je suis fatigué. »
Il referma les yeux, et lorsque sa respiration sifflante se ralentit, Largo sut qu’il s’était rendormi. Il posa les médicaments à côté du lit, et quitta l’appartement.

Il claqua la porte du Bunker et l’étoile que Simon tentait d’accrocher sur le haut du sapin faillit lui échapper des mains.
« Mais ça va pas, non, de me faire des frayeurs pareilles ? »
« Il a dit non. » dit Joy.
« Il a dit non. » confirma Largo.
Simon descendit de la table, et les rejoignit, l’étoile à la main.
« Bon écoutez, moi ça m’embête. Je n’ai pas envie qu’on soit tous là, ensemble, le soir de Noël et que lui soit dans son coin. Sérieux je me sentirai trop mal. »
« Simon a raison, ça me mettrait mal à l’aise aussi… »
Largo fut heureux de constater que Simon et Joy semblaient tenir à leur unité. Simon s’exclama soudain :
« Ecoutez, on lui fout la paix pour aujourd’hui, et demain on envoie Joy lui parler. Si ça marche pas… ben tant pis pour lui. »
« OK je marche. » dit Joy.
« Bon, c’est d’accord Simon. Maintenant, si on s’occupait de ce sapin ? » sourit Largo en ôtant sa veste.

Un éternuement réveilla Georgi. Ce n’était que le premier. Cinq minutes plus tard, le mouchoir en main, fatigué, il regarda le radio-réveil. 17h. On était le 24 décembre.
« Joyeux Noël mon vieux. » murmura t-il avant de se lever.
Il fouilla dans l’armoire de la pièce, et retrouva le carton qu’il cherchait. Il retourna sur le canapé, alluma la lampe de chevet, et ouvrit la boîte. A l’intérieur se trouvait tout un tas de vieux souvenirs. Et surtout un album de photos auquel il tenait. Il se revit, petit, entre son père et sa mère. Puis dans les bras de l’un ou l’autre. Puis devant le grand sapin. La pile de cadeaux était plus haute que lui, et sur la photo, il la regardait, inquiet. C’était le dernier Noël heureux qu’il avait passé. Il referma l’album, et la poussière qui s’en éleva le refit éternuer. Le carton glissa à terre, et l’album le rejoignit. Sans forces, Kerensky se laissa retomber sur le canapé et s’endormit.

Joy recouvrit le Russe, et soupira en voyant le champ de bataille. Il dormait profondément quand elle était arrivée. Elle commença par éteindre l’ordinateur portable, puis tria les médicaments, ramena la bouteille d’alcool dans la cuisine, et enfin feuilleta l’album de photos. L’album était à moitié vide. La dernière photo représentait un petit garçon de quatre ou cinq ans, aux cheveux blonds, devant un sapin de Noël qui regardait la pile de cadeaux avec effroi.

Lorsque Kerensky ouvrit les yeux, Joy était assise à côté de lui, sur la table basse.
« Salut Joy, qu’est ce que tu fais là ? »
« Je suis venue t’apprendre à te soigner. Primo, on ne prend pas les médicaments avec de l’alcool. Deuzio, on prend ses médicaments tout court. Terzio, hors de question que tu passes Noël tout seul. Ton album de photos n’est pas rempli, il est peut être temps de t’y mettre. » Kerensky s’assit et la foudroya du regard.
« Ce n’est pas ton problème ! Ne me dis pas ce que je dois faire ! »
Il se remit à respirer laborieusement, et Joy lui passa son médicament.
« Merci. » grommela-t-il.
« Tu es toujours décidé à passer Noël avec tes souvenirs ? »
« Joy… »
« OK OK j’ai compris. LES GARS !!!! »
Aussitôt, un père Noël entra dans le salon, porteur d’une hotte pleine, suivie d’un Largo Winch, qui lui, avait un sapin en main.
Georgi Kerensy les regardait complètement ébahi, et remarqua à peine lorsque Joy le prit en photo.
« Tu auras au moins un bon souvenir. » dit-elle en souriant.
Le Russe éclata brusquement de rire, et les trois amis se regardèrent inquiets.
Lorsqu’il eut reprit sa respiration, il les regarda, l’un après l’autre :
« Merci. Du fond du cœur. »
Joy, Largo et Simon échangèrent un regard entendu, et Simon s’écria :
« Tope là ! Tu me dois 10 sacs Largo ! Je t’avais dit qu’il fêterait Noël avec nous ! »

FIN





_________________

http://antre-winchkrenienne.chez-alice.fr/ind.htm: site associé à ce forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfics.actifforum.com
 
defi noël de KG
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DEFI PILE OU FACE FIGHT 1
» LE PREMIER DEFI DE MATHIEU HIDALF de Christophe Mauri
» Blog Defi a la con
» defi 18 - Photo 1 - Photo 2 - Photo 3
» #35 Rècit complet Marvel "LE DEFI DE THANOS" 3ème partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antre des Fanficoeurs :: Univers :: Recueils :: Défi Noël-
Sauter vers: