Antre des Fanficoeurs

Petit espace pour les fanficoeurs de toutes sortes : lecteurs et auteurs.
Vous y trouverez des fics et des fiches pour vous aidez à écrire vos fics

 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Solange (Largo Winch)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ygraïn
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 657
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Solange (Largo Winch)   Sam 6 Mai - 17:59

_ Hmm hmm.
Ce toussotement destiné à attirer l’attention fut aussitôt suivi par le bruit d’un cran de sécurité qu’on retirait. Un homme grand, athlétique se retourna et découvrit une femme d’à peu près son âge. Elle braquait un 9 mm sur leur petit groupe. Elle était seule. Eux étaient trois. Elle souriait pourtant, sûre de sa victoire. Il comprit assez rapidement pourquoi. Dehors des bruits de piétinements, des portières qui claquaient indiquaient assez clairement que des renforts arrivaient…
Il murmura à son complice accroupi devant une porte :
_ Magne… il faut qu’on dégage ou on va être bloqué pour un sacré bout de temps…
L’homme au cheveux de jais, caché par ses camarades bougonna à mi-voix.
_ J’fais ce que j’peux. Pour une porte de service, elle est rudement bien protégée.
La femme à ses côtés intervint d’un ton un peu dédaigneux :
_ Je croyais que t’étais un expert.
Coupant l’homme accroupi qui s’apprêtait à répondre, le premier déclara d’un ton agacé et voilé de reproches :
_ Vous croyez que c’est le moment, vous deux…
_ Il me faut encore quelques secondes… gagnez moi du temps.
La femme à sa gauche se retourna et braqua l’autre femme avec son beretta. En la voyant, elle sut immédiatement qu’elle ne tirerait pas, ça ne leur attirerait que des ennuis. Ils n’étaient pas des criminels et la femme était protégée par un brassard rouge aux inscriptions noires porté en haut du bras gauche et bien visible.
_Posez ça… et levez les mains bien gentiment… ou je tire.
Le ton de la jeune femme était tranchant. Elle ne plaisantait pas.
L’homme accroupi tressaillit et son rossignol faillit mordre le pêne. Il connaissait cette voix. Heureusement, son sang froid lui permit de garder le contrôle de ses gestes et de ne pas perdre le bénéfice des secondes précédentes. Soupirant il recommença à presser, tourner…
La femme au beretta déclara d’un ton calme, comme s’il n’était question que de la pluie ou du beau temps :
_ Vous ne pouvez pas. Vos lois vous l’interdisent.
Elle avait pris un fort accent anglais. Ses compagnons lui jetèrent un regard étonné, mais ils ne firent aucun commentaire.
_ On a retrouvé le propriétaire du lieu avec un joli petit trou dans la tête à l’entrée du bâtiment. Il était encore chaud. Vous essayez de vous enfuir et vous me menacez d’une arme… N’importe qui m’accordera la légitime défense !!
Le pêne céda, et l’homme se releva nonchalamment, faisant signe à ses amis que c’était bon.
Il se retourna. Un rayon de lune déjouant la crasse des carreaux réussit à pénétrer dans l’entrepôt. Il éclaira la femme qui les braquait, les laissant dans l’ombre à quelques centimètres près… Il eut un coup au cœur en la voyant. Sa mémoire ne l’avait pas trompé et elle n’avait pas vraiment changé. Elle avait juste l’air plus heureuse et beaucoup plus sûre d’elle.
Il fit signe à ses amis de se reculer vers la porte et de se tenir prêt. Lui avança hors de la pénombre en levant les mains bien en évidence et dit :
_ On l’a trouvé comme ça. On n’y est pour rien.
Ce fut à son tour d’être surprise. Elle hoqueta :
_ Simon ??
Machinalement elle commença à baisser son arme et puis elle se reprit. Ce n’était pas une attitude professionnelle.


_ Solange ?
_ Lieutenant Inhell ?
Les voix de son partenaire et de ses collègues lui rendirent tout son sang froid et lui indiquèrent qu’ils étaient encore loin d’elle.
Elle leur cria : _ Par ici, ils sont plusieurs…
Puis elle s’approcha de Simon, son arme toujours à la main, mais plus dirigée sur eux. Quand elle fut à moins de trente centimètres de lui, elle murmura:
_ Il leur faudra au moins une minute. Trois mètres à découvert, après le coude, tournez à gauche, cherchez une bouche d’égout tout de suite après avoir tourné. Elle mène à un réseau de galeries souterraines… Prenez toujours la plus à droite. Ne remontez surtout pas avant la 4ème intersection, le quartier au-dessus est complètement bouclé…
Largo et Joy lui jetèrent un regard interloqué. Tout en emmagasinant les informations, ils s’empressèrent de saisir la chance qui leur était offerte de filer par la porte ouverte par Simon. Celui-ci, pas remis de la surprise que lui avait provoqué ces propos, ne réagit pas aussi instantanément et le regard brillant, lui murmura :
_ Merci.
D’une bourrade, elle le poussa vers la porte et bougonna pour dissimuler son trouble :
_ Dégage ou sinon ça ne servira à rien. Je ne pourrai rien faire d’autre…
Il obéit et rejoignit rapidement les deux autres. Elle, répondant aux sollicitations de ses collègues, les guidait par la voix. Au milieu de ses réponses, elle cria comme si elle avait toujours des suspects devant elle, des demandes d’obtempérations… Tentative née d’un cerveau désespéré pour se couvrir… Si quelqu’un devinait ce qu’elle avait fait, sa carrière serait foutue…
Les pensées de Simon lui faisaient écho. Il devait bien pourtant pouvoir faire quelque chose pour qu’elle n’ait pas de problèmes à cause d’eux. Il eut tout un coup un idée. Il sortit son revolver et toujours courant, se tourna à demi vers elle. Il lui sourit et tira. La balle se ficha, dans un caisse derrière elle, trois bons mètres au-dessus de sa tête. Comprenant ce qu’il voulait faire, elle sourit de gratitude et hurla à ses collègues :
_ Faites gaffe, ils sont armés.
Elle se mit à couvert à droite de la porte, puis tira à son tour… un peu trop à gauche pour toucher quelqu’un. Cet échange se continua pendant quelques instants. Simon était remplacé de temps à autre par Joy. Le temps qu’il rattrape son retard à la course ou recharge… et ça ferait plus crédible…
Chacun faisait tout pour ne toucher personne tout en essayant de tirer de façon à ce que le scénario qu’il jouait soit le plus crédible possible. Heureusement, ils étaient tous des tireurs émérites…
Les renforts arrivèrent enfin près du lieutenant Inhell. Au même instant, Largo et Joy trouvèrent la bouche d’égout mentionnée et commençèrent à descendre tout en se disant que si on ne les avait pas aidé, ils ne l’auraient sans doute pas vue. Simon, quelques pas derrière eux, était resté pour tirer encore quelques coups de feu.
_ Viens maintenant, lui murmura Joy.
Simon tira une dernière fois. Plusieurs balles lui répondirent. Il décrocha. Normalement, elle ne devrait pas avoir de problèmes avec sa hiérarchie. Personne ne pourrait la soupçonner de les avoir aidé. Il se précipita à la suite de ses amis et referma la bouche d’égout en faisant bien attention de ne faire aucun bruit.
Par prudence les policier attendirent quelques instants, puis constatant qu’on ne leur tirait plus dessus, envahirent le couloir… Solange n’était pas à leur tête, mais presque. Ils découvrirent derrière le coude que le couloir se subdivisait en trois et n’étaient visible que sur quelques mètres. Aucune trace des poursuivis.
_ Hé merde, murmura son partenaire.
Elle retint un sourire et d’un ton abrupt et ferme déclara :
_ Je prends à gauche avec quelques hommes. Toi au milieu. Dany à droite. On reste en contact. On peut peut-être encore les avoir. Le quartier est bouclé, non ?
_ Ils ressemblent à quoi ?
_ Un un peu plus grand que toi, les deux autres de ma taille. Et si tu vois trois personnes cagoulées, vêtus de sombre qui te tirent dessus au lieu de te répondre, c’est eux…
_ Génial avec ça, on va aller loin…
_ Désolée, j’ai pas vraiment assisté à un défilé de mode ni eu l’occasion de discuter et de prendre le thé avec eux… J’ai trouvé plus intéressant de rester en vie… Mais ils ont une ombre aussi si ça peut t’aider !
Son partenaire sourit devant sa répartie mordante… C’était comme ça qui l’aimait le plus !
_ On fera avec. Ok. Rodriguez, Little John avec moi . Smyttie et Penrose avec le lieutenant Mirrim. Les autres avec le lieutenant Inhell….
Alors que le lieutenant Dany Mirrim s’enfonçait avec prudence et méfiance dans le couloir qu’on lui avait désigné avec ses hommes et que les autres faisaient de même, Solange fut retenue par la manche par son partenaire :
_ Joue pas au cow boy pour une fois. Ca n’en vaut pas le coup. Et je ne voudrais pas avoir un autre coéquipier à former.
_ Serait-ce un compliment ?... J’aurais pas perdu ma journée !
Voyant le regard sérieux de son coéquipier, elle rajouta en se dégageant :
_ T’inquiètes. Mourir ou me faire blesser n’est pas prévu dans ma liste, aujourd’hui… mais merci de t’en inquiéter.
Ils se séparèrent comme prévu, sprintant pour rattraper leurs collègues et prendre leur tête.
Ce faisant, elle se sentit un peu honteuse de lui avoir menti… et de le laisser s’inquiéter. Il ne pouvait pas savoir qu’elle n’avait rien à craindre de ceux qu’ils poursuivaient (en tout cas d’au moins un) et que de toutes façons, il y avait très peu de chances qu’aucun d’entre eux ne les rattrape…
Dans l’agitation et la précipitation, personne n’avait remarqué une bouche d’égout, située peu après l’entrée de l’intersection de gauche sur le côté le plus obscur du couloir…

A vous de continuer ou de décider quelqu’un à le faire, si vous voulez avoir un jour le fin mot de cette histoire…

_________________

http://antre-winchkrenienne.chez-alice.fr/ind.htm: site associé à ce forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfics.actifforum.com
 
Solange (Largo Winch)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» expats living in Rome meeting : tuesday 20th November 20.30 PM Studio Le Bain (Largo Argentina)
» (Coll) Bleu Nuit (Largo éditions à Blaslay)
» Solange boude...
» Solange en fleur
» Drague

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antre des Fanficoeurs :: le Forum :: Concours :: Fragments-
Sauter vers: